DABOS, Christelle – La Passe-Miroir, T1 – Les fiancés de l’Hiver

couv52429656.jpg

Quatrième de couverture

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.


L’avis de Telesia

La fantasy représente l’un des genres littéraires les plus lus : elle attire les plus jeunes, entretient l’imagination des plus grands. Cela dit, si le terme « jeunesse » est souvent apprécié, il peut parfois être synonyme d’appréhension. Les lecteurs confirmés auront en effet peu de plaisir à lire les œuvres niaises, et trop jeunes. Christelle Dabos devait le savoir, puisque le monde qu’elle propose à travers La Passe-Miroir est un monde fantaisiste complet et agréable, accessible à tous. Elle y met en scène des personnages tous des plus farfelus, et pour autant uniques en leur genre et tout aussi attachants.

Tout comme pour de nombreux autres romans fantaisistes à succès, La Passe-Miroir possède une base solide et inébranlable : la science. Pour mettre en place un univers du genre sans qu’il ne soit tiré par les cheveux, autant se positionner sur un édifice stable. Le monde de Christelle Dabos est constitué de plusieurs arches, chacune étant un fragment de Terre. L’univers post-apocalyptique décrit au sein de l’œuvre n’en est que plus crédible et compréhensible. De fait, on assiste à l’évolution d’une génétique modifiée, teintée de magie -forcément. Cette dernière a de quoi en faire rêver plus d’un. Simple, agréable, pas trop extravagante et originale, elle offre du renouveau aux classiques que l’on ne connait que trop bien. C’est ainsi qu’est peu à peu présenté un monde très vaste à propos duquel on apprend chaque jour.

L’œuvre est composée de termes et de récits simples et compréhensibles. Accessible au plus jeunes, suffisante aux plus âgés, elle offre une maîtrise du suspens agréable, de manière à ce que les plus exigeants aient de quoi réfléchir. Mais la clé de la Passe-Miroir réside dans ses personnages. Chacun d’eux agit comme la brique d’un édifice : uniques, utiles selon les points de vue et pleins de surprises. Quant à elle, la protagoniste principale, Ophélie, paraît au premier abord laxiste, négligente, maladroite et pas très futée. Si les critiques à son sujet vont bon train, la jeune Animiste fait en réalité preuve d’un sens de l’observation peu commun : dotée d’une mémoire visuelle non négligeable et d’un esprit logique indéniable, à sa manière, elle ne se laisse jamais abuser. Elle démontre une pureté imparable puisqu’après tout, elle est la Passe-Miroir…

Un premier tome riche en retournements de situations. Comme on peut s’y attendre, la cour n’est jamais très clémente, et il en faut beaucoup pour s’y intégrer sans craindre pour sa vie. C’est ce qu’Ophélie découvre peu à peu tout au long du récit. D’une écriture simple, teintée de noblesse, Christelle Dabos nous fait découvrir un premier tome époustouflant et sans longueurs…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s