HOBB, Robin -L’assassin royal, Tome 2 -L’assassin du roi

tome 2.png

 

ATTENTION, CET ARTICLE PEUT CONTENIR DES SPOILERS CONCERNANT LE PREMIER TOME DE LA SAGA!

 

« Fitz, le bâtard royal, a survécu à sa première mission meurtrière, mais son contact avec la mort lui a laissé d’inaltérables séquelles. Revenu à Castelcerf, il retrouve celle qu’il a aimée, mais ne peut lui déclarer sa flamme sous peine de la condamner irrémédiablement. Car, autour de lui, la Cour fourmille d’intrigues, les menaces se resserrent, la mort rôde.

Il a pourtant quelques alliés dans la place: un prince qui lui fait découvrir les mystères d’une magie toute-puissante, un maître-assassin qui lui veut malgré tout du bien, et un loup, avec qui il partage un lien étrange et périlleux… »

 

L’avis de Telesia:

« Avec un art consommé du suspense et cette connaissance du coeur humain dont elle a le secret, Robin Hobb nous plonge une nouvelle fois dans une extraordinaire et merveilleuse aventure située très loin du monde où nous vivons, mais que nous sentons pourtant très proche de nous par son intimité et irrésistible universalité. » -Editions Pygmalion

 

A la manière dont la perspective du combat, lancé pour défendre son pays, enivre le soldat patriote, le second récit que nous livre FitzChevalerie atténue les sens afin de mieux nous plonger dans le monde des Six-Duchés.

Suite au premier tome, une certaine évolution des personnages est visible, et l’on voit petit à petit se dégager l’ébauche d’une micro-société au sein de la cour; société qui possède ses propres piliers, voûtes, toits et corrosions.

Vérité est l’un de ces piliers, ce n’est une surprise pour personne: il fut présent plus que par une promesse de sécurité aux côtés de Fitz; il était . Comme un père. Comme Patience, qui tout au long du roman, ne cesse de continuer ce pour quoi elle est revenue à Castelcerf: endosser son rôle de (belle-)mère.

Mais si ces deux membres de la famille royale sont indispensables à la survie du rejeton de Chevalerie, n’oublions pas l’auteur de tous les évènements auxquels nous assistons: le fou. Il nous l’a déjà dit au cours du premier tome: s’il est là, c’est parce que Fitz « crée[…] des possibilités« . Sans lui, l’issue de L’assassin du roi serait bien différente. Personnage à ne pas négliger, il conserve un poid non négligeable dans la tournure que prennent les évènements…

Mais parlons de FitzChevalerie…

On se met souvent à sa place, on vit avec lui et, de manière étrange, la sensation se rapproche de l’idée que l’on peut se faire de celle que lui-même ressent, alors qu’il utilise l’Art avec Vérité, ou le Vif avec Oeil-de-Nuit… D’ailleurs, la proximité entre ce dernier  (le loup qu’évoque la quatrième de couverture) et Fitz me fait étonnamment et sans cesse penser à celle décrite dans l’oeuvre de Chrétien de Troyes, Yvain, le chevalier au Lion.

Le roman dans son ensemble est certes assez plat, monotone et sans action pour qui ne saurait reconnaître la véritable ampleur du récit. Beaucoup de suspense ne cesse d’aller et venir entre les lignes. Le lecteur a pour impression de toujours retenir sa respiration, sans jamais la relacher jusqu’à la dernière page; mais cette fois, contrairement au tome précédent, on ne s’attend aucunement à un éclat soudain, ou à un retournement de situation qui nous laisserait haletant.

Le récit a en réalité une toute autre dimension: il est stratégique, politique… On se croirait presque devant le suivi très  détaillé d’une partie d’échec et, peu à peu, se dessine le schéma d’un complot de plus en plus étendu.

Fourberies: coups dans l’ombre… Lorsque le fou explique à Fitz le principe des devinettes, les proportions du jeu s’étendent finalement à toute la Cour.

Pour terminer, je sais que le second tome original a été sectionné en plusieurs volumes par les éditions françaises. Ainsi, on croirait, au vu de cette lecture, que cette première partie pose les bases de révélations que nous attendons avec impatience. C’est ici que, malheureusement, je pose un bémol: la coupure entre les deux volume est regrettable, et il serait peut-être plus satisfaisant de lire l’intégralité du tome deux original d’une traite.

 

Note: 17/20

 » […] une imperceptible trace de son parfum subsistait sur ma chemise, […] et j’étais dans les affres de l’indécision: devais-je porter son parfum sur moi, ou la ranger précieusement dans mon coffre à vêtements pour la préserver ? »

 

Publicités

15 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Merci beaucoup, ça fait plaisir! 😉 Yvain m’avait marquee dans son histoire, c’est pourquoi j’y ai pensé facilement

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime tellement fort cette saga et tout particulièrement le premier cycle ! Je n’avais jamais fait le rapprochement entre Yvain et Fitz pour leur relation avec un animal et je trouve ça très malin d’avoir fait le rapprochement. C’est une belle critique 🙂

    J'aime

  3. chris dit :

    je l’ai lu il y’a pas longtemps, j’ai beaucoup aimé. Un seul bémol, j’ai trouvé longue et un poil assommant a la longue les parties dur fitz et son loup

    J'aime

  4. Pas faux. Je trouve que l’auteur a un peu fait trainer le tout avant d’arriver à la conclusion de leur relation. On tourne en rond et au final on attend juste que ça s’arrête, ce qui n’arrive qu’à la toute fin

    J'aime

  5. Rafale dit :

    J’ai beaucoup aimé cette sage pour l’instant, j’en suis au tome 4. Enfin, ça dépend des découpage, j’ai un peu du mal à m’y repérer tellement les éditions ont fait des choses différentes. En tous cas, j’ai hâte de lire la suite.

    J'aime

  6. Je participe à une lecture commune de cette saga. Mais tu es en train de me dire qu’on ne lit pas tous la même chose à chaque tome ? Je connais les découpages mais je pensais qu’ils etaient identiques pour toutes les editions francaises

    Aimé par 1 personne

  7. Rafale dit :

    Tu en es ou?
    Si bien sur que si mais il y a aussi le découpage en époques (qui regroupent plusieurs tomes) et en commandant sur internet j’ai failli me faire avoir

    J'aime

  8. Je n’ai pas encore commencé le troisième tome. Le décopage en époque… Ohlala, il va falloir que je me renseigne!

    J'aime

  9. Rafale dit :

    ça va alors ! la première époque regroupe les trois premiers tome, c’est sous cette forme que j’avais commencé (on m’avait offert le début de la saga)

    J'aime

  10. Lucile J dit :

    J’ai beaucoup aimé ton article ! Tu l’écris vraiment bien et c’est agréable à la lecture.
    Pour revenir à l’histoire du découpage en époque, je me suis renseigné il y a quelques semaines parce que les éditions françaises ont découpé à la tronçonneuse l’oeuvre originale :/
    L’histoire se découpe en 3 époques: la premier va jusqu’à La reine solitaire; la deuxième époque s’arrête au tome Adieux et Retrouvailles. Ensuite il y a une suite, Le Fou et l’Assassin. Mais entre les deux premières époques ont trouve une autre histoire dans le même monde: Les Aventuriers de la Mer. Il est conseillé de le lire entre les deux car la fin est révélée dans la deuxième époque.
    Bref, j’espère que j’ai été claire et que ça va t’aider ^^

    J'aime

  11. Merci beaucoup, ça me fait vraiment plaisir!

    Concernant les découpages, oui j’avais vu ça aussi, mais pour l’ordre de lecture, moi on m’a conseillé de tout lire dans l’ordre de sortie car justement dans l’entre-deux on révèle une bonne partie du deuxième cycle.
    En fait moi je ne parlais pas d’époque, je savais juste qu’il y avait plusieurs trilogies, chacunes découpées par les éditions françaises 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s