Mary Higgins Clark, Noir comme la mer

Noir comme la mer

Quatrième de couverture:

« La croisière promettait d’être sublime. Mais peu après avoir levé l’ancre, le luxueux Queen Charlotte est le théâtre d’un mystérieux assassinat : celui de lady Em, une riche octogénaire. Et son inestimable collier d’émeraudes, censé avoir appartenu à Cléopâtre, a disparu… Le coupable est à bord, sans aucun doute. Mais qui est-ce ? Son assistante apparemment dévouée ? Le jeune avocat qui voulait persuader lady Em de rendre le collier à l’Égypte, son propriétaire légitime ? Ou Célia Kilbride, l’experte en pierres précieuses qui s’était liée avec la vieille dame ? La liste des suspects s’allonge au fur et à mesure que le Queen Charlotte fend les flots et que la croisière tourne au drame. Préparez-vous à embarquer avec une Mary Higgins Clark toujours aussi surprenante dans le rôle du commandant de bord pour une croisière dont vous ne reviendrez…peut-être pas.« 

L’avis de Telesia:

Comme à son habitude, Mary Higgins Clark nous appâte avec ses œuvres. Il suffit d’un coup  d’œil au titre et à la quatrième de couverture pour sauter d’impatience à l’idée de se lancer dans une nouvelle aventure.

On nous l’a révélé, l’oeuvre comporte un assassinat ainsi qu’un vol de bijoux.

Au cours de l’intrigue, se déroulant à notre époque, de nombreux personnages nous sont présentés, tandis que certains sont plus mis en avant que d’autres. Plusieurs points sont alors dignes d’intérêt.

Tout d’abord, on constate que l’enquête débute bien avant le décès de Lady Em. Certains personnages ont des doutes sur le comportement de leurs camarades, et le lecteur, au courant de l’élément déclencheur, ne cesse de se poser la question: qui est le tueur ? En cela déjà l’auteure est douée.

Suite à la mort, plus qu’attendue -car elle a lieu aux environs de la moitié du livre-, il est fascinant de constater que l’on suit les événements, ainsi que la réflexion, non pas en se concentrant sur la narration, ou sur les actions de chacun, mais surtout sur le raisonnement de l’un des passagers du bateau de croisière. La recherche du meurtrier s’effectue alors que le lecteur ne s’en rend compte. Je me suis moi-même surprise à réfléchir à pleine vitesse avec ce fameux passager, comme si je m’y trouvais.

Néanmoins, je ne peux qu’être déçue de cette fin d’enquête. En effet, les suspects étant impliqués ont mis plus de temps à le devenir qu’à ne plus l’être. La liste se voit réduite de plus en plus rapidement et, finalement, on constate que, contrairement à ce à quoi on s’attendait, le coupable est en fait le suspect le plus évident.

Hum…

Laissez-moi me corriger: non, le tueur n’est certes pas celui qui trouvera la mort de Lady Em la plus rentable, mais celui qui nous vient le plus facilement en tête après quelques réflexion. Je vous donnerai volontiers un autre argument sur ce point, mais je ne le ferai pas, au risque de vous donner la réponse trop tôt.

Finalement, je vous conseille le bouquin, car somme toute, sa lecture occasionne la réflexion et l’aventure que nous, lecteurs et lectrices, attendons.

 

Note: 15/20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s